mercredi 17 janvier 2018

mardi 26 décembre 2017

Radelage sur l'Adour

Pour finir l'année... Ces trois photos sont également représentatives d’une activité disparue sur le fleuve, le radelage. Les chantiers navals de Bayonne, gros consommateurs de bois, accueillaient des billes de bois arrivées par eau en radeaux. La marine royale française, très exigeante sur la qualité des bois, préférait pour la construction des vaisseaux de ligne, le hêtre et le sapin, issus des forêts pyrénéennes. Ces derniers descendaient les Gaves jusqu’à l’Arsenal de Bayonne. Le bois de pin, de moindre qualité, était exploité dans les forêts de Beegar, Pontonx, Tartas… et servait pour le façonnage de planches, de bois de construction, de poteaux de mine ou de mâts de navires.


Ces trains flottant de bois de l’Adour, étaient composés de deux à quatre radeaux de billes de pins, manœuvrés avec un aviron approchant les sept mètres de long. Cette descente vers Bayonne, depuis Tartas ou Dax pouvait être périlleuse ; de nombreux écueils, ponctuaient le fleuve : gabares, nasses, piles de ponts… il n’était pas rare que les trains se disloquent sur un obstacle immergé.

samedi 25 novembre 2017

Voyage à Jersey - La Crête Fort

Retour à Jersey et suite du carnet de voyage... La Crête Fort sur la côte nord de l'île.

La Crête Fort

samedi 11 novembre 2017

La cale sèche de Port-de-Lanne

A gauche de l'ancien port
Port-de-Lanne, ancien port de l’Adour, possède encore dans ses berges, un bassin de radoud ou cale sèche, destiné à l’accueil des embarcations pour leur mise à sec. On procédait alors aux réparations de la coque, à son calfatage, à son entretien courant. On peut remarquer dans ce bassin, des blocs de béton alignés sur ses bords intérieurs, les tins, qui permettaient de surélever la coque du navire.

lundi 16 octobre 2017

Une pirogue à Pontonx

Suite aux prospections visuelles de cet été, nous avons pu trouver, grâce à l'œil sans faille de Patrick Lamaison, une nouvelle pirogue sur Pontonx-sur-l'Adour. Nous travaillons sur son relevé d'architecture, sous la vigilance du SRA, en ce mois d'Octobre ensoleillé. Elle semble assez grande, au moins 6,50 mètres de long. Merci à Patrick et Patrice Degos pour ce travail de forçat subaquatique  !

Dégagement de l'embarcation.

Patrick Lamaison.

Une pointe effilée.

Gilles Kerlorc'h.