mercredi 5 août 2020

Archéologie bénévole sur l'Adour

Les crues 2019/2020 ont à nouveau dévoilées les « choses secrètes » de l’Adour. Cet été, lors de nos explorations annuelles du fleuve et de ses rives, Patrick muni de son œil de Lynx, a pu repérer les éléments d’un nouveau chaland monoxyle assemblé. Il sera précieusement conservé pour les années futures, afin que nous puissions en faire l’étude. Cet été sera avant tout consacré à un chantier archéologique que nous avons délaissé depuis plusieurs années. Faute de moyen matériel adapté, le chaland de Pontonx nous a attendus patiemment. Ce chantier sera l’opportunité d’une collaboration avec le SRA de Nouvelle-Aquitaine, qui déploiera plongeurs et matériels. Qu’ils en soient ici infiniment remerciés. Sans eux, leur accompagnement professionnel, leur confiance, leurs conseils, l’archéologie bénévole ne pourrait exister.

On ne se rend pas compte parfois de l’énergie et du temps qu’il est nécessaire pour pratiquer l’archéologie bénévolement. Bientôt deux décennies que nous arpentons l’Adour afin d’en dresser un portrait humain, d’en révéler les aménagements, les constructions riveraines, les pratiques halieutiques, commerciales et culturelles, les épaves… Sa petite histoire en somme. A ce jour depuis 2004, nous avons découvert et/ou étudiés 22 épaves d’embarcations fluviales. Ce travail de longue haleine ne pourrait se faire sans mes camarades anciens et nouveaux et je profite de ce post pour les remercier : Patrick, Philippe M., Didier, Stéphane, Jean-François, Thierry, Jean-Michel, Patrice, Cathy, Jean-Jacques, Philippe C…

Ces recherches prenantes, passionnantes, foisonnantes, nous essayons à notre petit niveau d’en faire la médiation, lors de communications, de conférences, d’articles scientifiques, de publications diverses, de rencontres informelles… et à chaque fois, l’émotion de voir une étincelle s’allumer dans le regard de l’écoutant, nous conforte dans l’idée de continuer. Vous êtes nombreux à me contacter pour nous accompagner dans ces recherches, mais, il est vrai que le fleuve est d’un abord difficile, parfois inextricable et que nous ne sommes que des bénévoles…

Pas toujours évident de consacrer toute cette énergie dans ces recherches, car qui dit bénévolat, dit temps pris sur les autres, sur la famille, sur le quotidien, un financement personnel du matériel et des déplacements. Sans omettre, après le terrain, un temps consacré à la restitution des données collectées, aux rapports de fouilles, aux dessins d’épaves, à l’analyse des photos, à la comparaison de données… Une nécessité de se former régulièrement. Outre une poignée de quelques « trous d'cul » à la critique aisée, et qui n’ont jamais trempé ne serait-ce qu’un orteil dans l’Adour ou si peu, vos retours à tous, lors de ces rencontres et échanges, ravivent notre flamme. Nous essayons avec nos humbles moyens de raconter l’histoire humaine d’un cours d’eau, l’histoire d’un petit fleuve gascon, l’Adour... Et même si nous approchons des deux décennies de recherches, nous apprenons encore à chaque sortie, prenons plaisir à chaque rencontre, tirant les enseignements de nos erreurs et écoutons passionnément tous les petits secrets que le fleuve veut bien nous confier.


Le chaland émergeant de la rive


Pièces de liaison en T


L'inventeur et sa trouvaille !

samedi 11 juillet 2020

Muro de Bellós et Jánovas

J'ai eu un plaisir immense lors de l'exploration de deux villages abandonnés des Pyrénées aragonaises, Muro de Bellós et Jánovas. Me reste plus qu'à dessiner ces balades !

Les bergeries en contrebas.

Arrivée sur la place du village.

Au plus près des montages.

Les chambres, si étroites...

Peut-être celle des enfants ?

La vigne s'infiltre partout.

La fraîcheur des caves.

Muro des Bellos dans toute sa splendeur.

Chevrons et lattis d'écorce.

Janovas !

Les maisons sont de véritables pots de fleurs !

Rio Cinca.

samedi 27 juin 2020

Urbex - La maison de Suzanne (partie 1)

Retour aux explorations de bâtiments délaissés avec la découverte de la maison de Suzanne... Mille mercis à Jean-Yves et Jean-François !!!




jeudi 18 juin 2020

Explorer l'Adour

Après deux mois de confinement, l'envie de parcourir l'Adour devenait une nécessité. Exploration subaquatique d'abord, mais l'eau trop froide et turbide nous a vite coupé dans notre élan. Nous n'avons pas pu trouver ce que nous souhaitions observer...
Mais plus loin, sur les rives, l'ancienne maison du passeur se dévoile dans la végétation.